Quel est le contexte de la visite médicale d’aptitude au sport ? : on vous en parle

104

La société occidentale se montre aujourd’hui de plus en plus sportive, elle exerce fréquemment diverses activités et participe assez régulièrement à des épreuves, même de façon ludique dans un contexte non professionnel.

Le médecin de soins primaires est constamment amené à y être confronté, essentiellement à la demande d’athlètes pratiquant dans un pays où l’activité en question est obligatoire, ou encore de personnes préoccupées par leur santé.

Dans cet article, nous aborderons la question de la visite médicale des aptitudes sportives, son contexte, ses modalités, etc.

Visite médicale des aptitudes sportives : quel est son contexte ?

Le premier but de l’examen de prévention est de repérer les circonstances susceptibles de provoquer des lésions et de mettre la vie en danger ou de créer un handicap, ou de promouvoir la croissance d’une pathologie. Les autres objectifs sont une évaluation globale de la condition physique, la sensibilisation et la communication avec le public, et éventuellement la mesure de la condition athlétique.

Bien souvent, ce sont des adultes  » bien portants  » qui réclament cet examen, le considérant alors comme une formalité à caractère administratif. Il est parfois également ressenti par le praticien comme une simple procédure de trois semaines, tandis qu’il représente une des rares opportunités d’interaction individuelle et directe avec le médecin et que sa fonction de sensibilisation et de prévention (notamment en ce qui concerne les symptômes devant mener à une consultation) est fondamentale et non controversée.

En général, la visite de préparation peut être effectuée par un simple médecin de premier recours et ne requiert pas au départ, un avis spécifique (dans le cas de la plongée, la visite de préparation doit être réalisée auprès d’un médecin certifié, mais pas obligatoirement par un spécialiste du sport).

Dans le cas de la France, les candidats à la pratique de sports dits extrêmes (par exemple, le combat, la randonnée en haute altitude, les activités aériennes/sous-marines) sont obligatoirement évalués par un expert en sport.

Les modalités de la visite médicale d’aptitude au sport

Le contrôle peut être réalisé de deux principales façons :

  • chez le médecin, comme pour n’importe quelle autre visite ;
  • ou bien sous forme de stations à travers lesquelles transitent les athlètes d’une certaine équipe les uns après les autres.

Cette seconde démarche peut autoriser la contribution d’autres spécialistes (kinésithérapeutes, entraîneurs physiques, etc.), mais elle se termine obligatoirement par la conclusion d’une synthèse des données et par une décision émanant d’un médecin.

Concernant le calendrier et la fréquence de ces examens, les recommandations sont essentiellement consacrées au dépistage cardiaque destiné aux sportifs qui pratiquent un sport régulier et prennent part à des épreuves (professionnelles ou non), en faisant une différence entre les catégories 12-19 ans et les personnes âgées de 20 à 35 ans.

En effet, les personnes de plus de 35 ans ne bénéficient pas de recommandations concernant le temps et la fréquence des examens de pré-entraînement.

Au-delà de la dimension cardiaque, cet examen, qui est mené suffisamment en amont du début de la pratique de l’activité (au minimum 6 semaines), rend possible la gestion et le traitement d’une grande majorité des troubles repérés et/ou la prise de dispositions adaptées afin de favoriser la poursuite de la pratique en temps voulu de l’activité.

Les mensurations lors d’une visite médicale d’aptitude au sport

Le sportif est pesé, on procède à la mesure de son poids, de son périmètre dorsal et de ses capacités vitales (tests respiratoires fonctionnels). Cela nous permet de contrôler régulièrement la croissance, en particulier chez les enfants.

Cette visite comprend une appréciation de l’aspect (petit, long, etc.), une estimation de la masse musculaire par rapport à l’âge, une asymétrie éventuelle du développement musculaire et des troubles de la statique.

La consultation se termine par une étude de la voûte plantaire recherchant des anomalies au niveau des points d’appui, des souffrances ou des retentissements sur les parties supérieures articulaires.

You might also like

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More