Retranscription interview de Messi du 7 décembre

104

Voici les 90 questions et les réponses données par Leo Messi lors de son interview. Les questions sont en ordre anté-chronologique, la lecture se fait en commençant pas la fin de la page.

Il déclare ne pas savoir dans quel club il jouera en 2021-2022 !

90-. À PROPOS D’UN SOUHAIT
“J’espère que nous mettrons fin à l’année de merde que nous avons connue et que l’année prochaine sera meilleure pour nous tous et que nous sortirons un peu de cette situation.

89-. SUR LA FIN DE SON HISTOIRE
“C’est une toute une histoire d’amour avec le club et la ville. Quelle que soit la fin, elle ne doit pas gâcher ce que j’ai vécu tout au long de ma carrière, il n’est pas facile d’être un professionnel pendant 16 ans et tout s’est bien passé.

88-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL SE CONSIDÈRE COMME UN ENTRAÎNEUR
“Je ne me vois pas comme un entraîneur, peut-être que je me vois comme un directeur sportif pour faire venir les joueurs que je veux ou dont le club a besoin, on verra.

87-. SUR CE QUE CE SERA QUAND JE NE SERAI PLUS LEO MESSI

“Je ne sais pas, je n’y ai pas pensé, mais quelque chose en rapport avec le football, c’est ce que j’aime, c’est ce que je sais, mais quelque chose en rapport avec le football, pas technique.

86-. SUR CE QUE JE DIRAIS AUX PERSONNES QUI PENSENT PARTIR

“Que je ne sais pas si je partirai ou non et si je pars, je voudrais partir de la meilleure façon, toujours en parlant hypothétiquement, je voudrais revenir un jour, je voudrais revenir en ville, travailler au club, apporter ma contribution, qu’il ne se passe rien, que Barcelone est beaucoup plus grand que n’importe quel joueur, même pour moi évidemment, et qu’avec un peu de chance le président qui vient fait les choses bien pour revenir pour soulever des titres importants”.

85-. SUR LE FAIT DE JOUER POUR L’ATLÉTICO
“Non.”

84-. SUR LE FAIT DE JOUER À MADRID
“Non, impossible.”

83-. SUR LE FAIT DE SAVOIR S’IL EST PLUS HEUREUX MAINTENANT
“C’était difficile pour moi, je n’étais pas à l’endroit où je voulais être, c’était difficile pour moi de m’adapter au vestiaire parce qu’il y a beaucoup de nouvelles personnes, il ne reste que peu ou pas de personnes de ceux qui m’entouraient, il y a beaucoup de gens de l’extérieur, peu de gens de la maison, nous sommes de cultures différentes, nous sommes tous différents, cela rend plus difficile l’unification d’un vestiaire, c’est fort, mais petit à petit nous le faisons”.

82-. SI LE CAMP NOU SCANDAIT SON NOM, PENSERIEZ-VOUS DIFFÉREMMENT
“Je suis sûr que je saurais vraiment ce que pense le fan du Barça, ce qu’il pense, ce que je montrerais sur le terrain, ce qu’ils voient ou ressentent.

81-. SUR QUELLES AUTRES LIGUES

“Je ne sais pas ce qui va se passer, je suis concentré sur ce que nous avons, sur ce qui peut être fait au cours de ces six mois, je ne pense pas à la façon dont l’année va se terminer, parce qu’aujourd’hui, il ne serait pas bon de vous dire ce que je vais faire parce que je ne sais pas.

80-. POURQUOI DIRE “REVENIR3 À BARCELONE
“J’ai toujours dit que j’avais l’illusion de vouloir vivre aux États-Unis, de vivre cette Ligue et cette vie, mais si cela arrive ou si je ne le sais pas, ce n’est ni maintenant ni dans le futur et c’est pourquoi je dis qu’il faut y retourner”.

79-. SUR UN CADEAU DE DEUX GUIDES DE MANCHESTER ET PARIS
“Non, prenez-les. Je sais qu’il y a beaucoup de gens du club, de Barcelone, de fans, qui m’aiment encore, qui veulent que je reste dans le club, je sais aussi qu’il y a d’autres personnes qui, après ce qui s’est passé, ne sont pas comme ça, mais je ferai ce qui est le mieux pour le club et pour moi, je n’en doute pas, et ce que mon cœur et ma tête me disent. Je pense que pour revenir…, je vais rester à Barcelone, et je veux revenir à Barcelone demain parce que quand j’arrêterai d’être un joueur, je veux être dans le club, d’une manière ou d’une autre, contribuer à ce que je sais dans quelque chose, c’est ce que je veux et ce que je ressens.

78-. SUR LA NÉGOCIATION AVEC D’AUTRES CLUBS À PARTIR DE JANVIER

“Je n’ai rien de clair jusqu’à la fin de l’année, je vais attendre la fin de la saison, sinon je casserais ce que je vous ai dit maintenant, l’important est de penser à l’équipe, de bien finir l’année, de penser à essayer d’obtenir des titres et de ne pas se laisser distraire par d’autres choses.

77-. SUR SA RELATION AVEC GRIEZMANN

“La relation est bonne, je l’ai déjà dit, je n’ai jamais eu de problèmes avec lui et je n’ai jamais fait tout ce qui a été dit, que je ne voulais pas de son transfert et tout ça, je pense que c’était plus que clair. Je n’ai pas de problèmes, la relation est bonne et parfois nous buvons du maté ensemble dans les vestiaires et en voyage, il n’y a rien de spécial”.

76-. SUR SON MEILLEUR AMI DANS LES VESTIAIRES

“Je m’entends avec tout le monde, mais avec les gens qui sont au club depuis le plus longtemps, avec les gens à la maison avec lesquels j’ai le plus d’affinités et le plus de relations.

75-. SUR LE FAIT QU’ILS SE SOIENT DIT POUR L’AVENIR

“Le dernier message concernait le match nul que nous avons eu contre eux, qu’aucun de nous ne voulait, à cause de l’équipe ; c’est-à-dire qu’ils ne voulaient pas non plus de Barcelone, car bien qu’aujourd’hui nous ne soyons pas dans le meilleur moment, nous sommes une équipe historiquement respectée et ce sera un match très équilibré”.
A PROPOS DES MOTS DE NEYMAR POUR JOUER AVEC MESSI “Il n’a pas dit que nous allions jouer, il a dit que j’aimerais jouer… n’est-ce pas ? Oui, nous parlons de temps en temps. Tous les jours, à nous trois ou avec lui ou avec Luis. Nous gardons la relation. Avec Luis presque tous les jours”.

74-. SI NEYMAR RÉDUIT SON SALAIRE
“Et à Paris comment vous payez le transfert… Ce n’est pas facile, ça va être une situation difficile pour le nouveau président. Il devra être très intelligent, tout ordonner et faire de nombreux changements pour bien faire”.

73-.SUR LE FAIT DE SAVOIR S’ILS FONT VENIR NEYMAR, S’IL RESTE

“Il va être difficile de faire venir des joueurs aussi parce que vous avez besoin d’argent et qu’il n’y en a pas. Il y a plusieurs acteurs importants qui doivent se battre pour tout et il y a ceux pour lesquels vous devez payer. Je riais parce que vous avez dit que Neymar devait être très cher pour tout cela”.

72-. S’ILS FONT VENIR XAVI COMME ENTRAÎNEUR, RESTEZ-VOUS ?
“Je ne sais pas. Que les élections passent, que celui qui doit gagner gagne et alors nous verrons que nous finissons bien l’année où nous pouvons obtenir un certain titre et en juin nous verrons”.

71-. AVEZ-VOUS PARLÉ À DES PRÉ-CANDIDATS

“Non, je n’ai parlé à aucun d’entre eux. Il faut d’abord passer les élections, il faut gagner, et quand on est résident, il faut commencer à gérer les choses comme une seule entité. “.

70-. SI VOUS AVEZ DES CANDIDATS PRÉFÉRÉS

“Non, non. Je préfère ne me positionner auprès d’aucun d’entre eux car s’ils disent déjà que je gère le club, imaginez si je dis que je veux un président. Je préfère ne pas le faire et j’espère qui, est le meilleur pour le club et peut changer la situation qui ne sera pas facile parce que vous trouverez une situation par la façon dont le club est, par le thème de la pandémie et ne sera pas facile de retourner tout cela, mais j’espère que le gagnant fera bien de mettre le club, sa taille, dans la position qu’il mérite, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

69-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL VA VOTER
“Je ne sais pas.”

68-. SUR LE FAIT QU’IL SOIT SOCIO DU BARÇA
“Oui”.

67-. SUR LES PAROLES DES TUSQUETS QUI DISENT DE VENDRE MESSI

“Aujourd’hui, je n’ai pas besoin de dire ça, c’est fini, il n’était pas en son temps et plus encore en tant que président qui est un manager qui n’a rien à faire. Ce qui s’est passé, s’est passé et je n’aurais pas dû supprimer la question qui ne fait pas de bien à l’équipe ou au club et je devrais en dire plus sur ce qui vient que sur ce qui s’est passé.

66-. SUR L’EXISTENCE D’UN PROJET AVEC KOEMAN

“Je pense qu’avec Ronald Koeman, on lui a donné un sérieux et une idée de ce qu’il veut pour son équipe et ce qu’il veut pour le club. Je crois que oui, c’est un grand succès et qu’il fonctionne très bien. Au début, c’est difficile parce qu’il y a beaucoup de nouvelles personnes, beaucoup de jeunes, mais le matériel se développe peu à peu”.

65-. SUR LA RUMEUR SELON LAQUELLE MESSI DIRIGE TOUT

“Cela a été dit depuis longtemps, mais il a aussi dit à l’équipe nationale que j’avais l’habitude de mettre des entraîneurs, que je mettais des joueurs, que mes amis jouaient. C’est une chose qui me dérange que l’on dise et que l’on prenne pour acquis. Les gens consomment et croient tout ce qui apparaît dans les journaux ou à la télévision ; beaucoup le croient, que je mets les joueurs, que je fais les signatures et les entraîneurs et la vérité est que c’est très loin de la réalité”.

64-. À PROPOS DE GUARDIOLA ET LUIS ENRIQUE
“Parce que pour moi, c’est le meilleur. Il y a quelque chose de spécial chez lui. Il vous fait voir les choses d’une certaine façon… Je suis très impressionné par la façon dont il prépare les matchs, par la façon dont il se prépare en défense et par la façon dont il se prépare en attaque. Il vous a dit exactement où se trouvait le jeu, comment vous deviez attaquer pour gagner les jeux. J’ai eu la malchance, entre guillemets, d’avoir beaucoup de temps pour Guardiola et Luis Enrique, les deux meilleurs. Les avoir si proches et si rapides m’a fait beaucoup grandir dans le football et dans la sagesse tactique qu’ils m’ont enseignée. Je pensais qu’avec Guardiola, je savais tout et puis Luis Enrique est arrivé, qu’il était plus ou moins le même, mais il m’a appris encore plus avec de petits détails, qu’il changeait, le même que Guardiola, mais des détails différents, qui faisaient de lui quelque chose d’autre”.

63-. S’ILS ONT PARLÉ DE SE RETROUVER DANS UNE AUTRE ÉQUIPE
“Non, pas vraiment.”

62-. S’ILS PARLENT DE QUOI D’AUTRE
“Non.”

61-. SUR LE TEMPS ÉCOULÉ DEPUIS QU’IL N’A PAS PARLÉ À SON GUARDIOLA

“De Pep Guardiola ? Je ne sais pas exactement, mais nous en avons parlé.

60-. À PROPOS DES SUPPORTERS

“Je ne pense pas. Le fan soutient le joueur qui est à ce moment dans le club mais je ne pense pas qu’il pardonne tout”.

59-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL FAIT L’OBJET D’UNE ENQUÊTE PLUS APPROFONDIE PAR LE FISC

“Non, je ne sais pas. Je ne sais pas si je fais l’objet d’une enquête plus approfondie ou non. J’ai eu un problème avec l’administration fiscale (vous avez été condamné à 21 mois, puis commué en une amende de 250 000 euros). J’ai été conseillé par des avocats, tout comme mon père, qui ont fait tout ce qu’ils nous ont dit de faire, et cela a fini par être résolu comme vous venez de le dire. Tout cela est arrivé et je ne m’en plains pas, je me plains du traitement que j’ai reçu, parce qu’il m’a semblé que tout ce que j’avais à vivre était excessif, de la façon dont j’ai été traité, en particulier par la presse de Madrid, bien qu’à Barcelone il y ait aussi eu beaucoup de gens qui m’ont attaqué et que le traitement m’ait fait mal, parce que nous avions beaucoup de joueurs et beaucoup d’autres personnes pour la même chose et que le traitement n’était pas le même”.

58-. ON SI ON LUI DISAIT QU’IL POURRAIT PERDRE UN PROCES CONTRE LE BARÇA

“Non, au contraire. Je savais que si j’allais en procès, j’avais raison et j’avais été confirmé par de nombreux avocats, pas seulement un mais plusieurs, mais je voulais quitter Barcelone de cette façon”.

57-. À PROPOS DE L’ÉPOQUE OÙ IL Y A EU UN DECLIC
Il n’y a pas de “déclic”. Tout est à sens unique. Vous connaissez bien ce club, je suis ici depuis de nombreuses années, la dernière année a été difficile. Nous sommes déjà venus ici, nous ne gagnons pas. Les années précédentes avaient également été difficiles parce que nous avions été éliminés en Ligue des champions et tout cela conduit à la décision que je prends, mais il n’y a pas de “clic” en particulier, mais il y a de nombreuses circonstances.

56-. SUR L’INFORMATION SELON LAQUELLE LE CLUB A PAYÉ UNE SOCIÉTÉ POUR DIRE DU MAL DE VOUS

“La vérité, c’est que je n’y ai pas beaucoup réfléchi. Il se passait tellement de choses au club qui étaient beaucoup plus importantes que cela pour me faire réfléchir ou pour que je m’arrête et que je voie ce qui se passait. Je ne m’en souciais pas vraiment”.

55-. SUR CE QUE BARTOMEU L’A TROMPÉ

(“rires”) dans beaucoup de choses, la vérité que dans beaucoup de choses, la vérité que je préfère ne pas évoquer parce que je n’aime pas parler de choses privées qui se sont passées, je ne suis pas du genre à évoquer ce qui a été dit et non promis mais je peux vous assurer que bien des années et des années.

54-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR SI LE LICENCIEMENT DE SUAREZ A ÉTÉ LA GOUTTE D’EAU QUI A FAIT DÉBORDER LE VASE
“Pas parce que j’avais déjà décidé avant, mais je pensais que c’était fou ce qu’ils ont fait avec Luis, en parlant du cas spécifique de Luis, à cause de la façon dont les choses ont été faites, à cause de la façon dont il est parti, et parce qu’il est parti gratuitement en payant les années de contrat et ils l’ont donné à une équipe qui allait se battre pour les mêmes objectifs que nous. Non seulement le fait qu’il parte était déjà difficile, mais aussi la façon dont il est parti”.

53-. S’IL PENSAIT AUX FANS DU BARÇA
“Oui, c’était une décision terrible, très difficile à prendre, c’était horrible, ce n’était pas facile de décider que je quittais le club de ma vie, que j’allais changer de ville en sachant mieux qu’ici que je n’allais être nulle part parce que c’est la meilleure ville pour vivre au niveau de ce qui est ici, de la ville, du climat, de tout… Que ma famille ne voulait pas déménager, que mes enfants ne voulaient pas déménager, que nous ne voulons pas partir, je ne veux pas partir. Mais j’ai senti que c’était la meilleure chose à ce moment pour moi, pour tout le monde, que j’en avais besoin, qu’un cycle était achevé et qu’il était temps. Il n’aurait pas dû être aussi radical et il aurait fallu trouver un moyen de le faire correctement et d’être la meilleure chose pour le club et pour moi.

52-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR SI CE QUI A ÉTÉ DIT PENDANT L’ÉTÉ L’A DÉRANGÉ
Oui, parce que je vous ai entendu dire : “Avec toute l’aide que le club vous a apportée, cela vous a sauvé la vie… Je suis éternellement reconnaissant pour tout cela, comme je viens de le dire, j’aime aussi le club, j’aime ma ville, Barcelone, et je sens que j’ai aussi beaucoup donné au club. Et que tout ce que le club m’a donné, je l’ai gagné et je l’ai mérité pour ce que j’ai fait. Puis il y a eu un moment où j’ai pensé que j’avais terminé un cycle, que j’avais besoin de changement, que ma tête avait besoin de sortir de tout cela, à cause du désordre qui régnait dans le club à ce moment-là, donc ça venait. Je savais que ce serait une année de transition, de nouvelles personnes, de jeunes, et comme toujours je disais que je voulais continuer à me battre pour plus de titres, revenir me battre pour les Champions, pour les Ligues et je sentais que c’était le moment du changement et je voulais partir et je voulais le faire bien. Plus tard, tout ce bazar était armé, le président de l’époque ne voulait pas et a commencé à filtrer les choses pour me faire passer pour le méchant du film et tout ce qui s’est passé s’est passé, mais je continue à être calme que ce que j’ai fait était ce que je ressentais et ce que je devais faire à ce moment-là”.

51-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL ENVERRAIT ENCORE LE BUREAUFAX
“Oui, c’est une façon de le formaliser et de le rendre officiel. Vous dites que vous voulez partir, mais vous ne faites rien pour y arriver. Je lui avais dit toute l’année, pas toute l’année, mais depuis six mois, j’ai dit à maintes reprises au président que je partais, que je voulais partir, qu’il devait m’aider, que je voulais sortir et il ne l’a pas fait, non, non. C’était une façon de dire que je veux vraiment partir. C’est une façon de rendre cela officiel et de le faire parvenir au club.

50-. SUR LA RAISON

“Je ne sais pas, c’est difficile pour moi de faire ce pas même si je sais que j’en ai besoin. Ils ont insisté pour que j’y aille, Antonela à plusieurs reprises, que j’en avais besoin. Je suis une personne qui garde tout pour moi et je ne le partage pas et je n’ai jamais franchi le pas. Je sais que j’en ai besoin pour ce que je fais, pour le quotidien, pour ce que je dois faire, et que cela me ferait du bien, mais je ne le fais pas”.

49-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL EST ALLÉ VOIR LE PSYCHOLOGUE
“J’aurais dû y aller, mais je ne l’ai pas fait.”

48-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR SI LE FAIT D’ÊTRE LE MEILLEUR GÉNÈRE DE L’ANXIÉTÉ
“Non, parce que je ne le prends pas comme ça, je ne joue pas à être ça ou à me faire dire ça. Je joue pour gagner, pour donner le meilleur de moi-même à mon équipe et pour donner le meilleur de moi-même à chaque match, pas pour frimer et être appelé le meilleur”.

47-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR SI SES ENFANTS ONT HÉSITÉ
“Non, je parlais un peu de ne pas dire grand chose, mais il y a des jeux que nous avons perdus et ils me disent : quoi, ils ont perdu. Et Ciro, quand je vais à l’entraînement, me demande : “Tu as gagné ?”, je ne sais pas d’où il tient ça. Oui, ils commencent déjà à donner leur avis.

46-. À PROPOS DU 8-2
“Pour nous tous, le jeu était comme ça, pour avoir perdu, vous pouvez perdre, j’ai perdu de nombreuses fois et vous devez l’accepter. Mais ce fut un moment difficile à cause de la façon dont il a été perdu, surtout parce que nous savions que c’était un jeu compliqué, nous avions eu une année difficile. Nous aurions pu perdre, mais pas de cette manière.

45-. A PROPOS D’ÊTRE MAUVAIS PERDANT

“Je ne sais pas, depuis que je suis enfant, ça a toujours été comme ça. Je perdais et je pleurais ou je me battais avec mes frères quand ils me portaient parce qu’ils me battaient. J’ai très chaud, dans la chaleur, je ne pense pas, je ne dis pas et je ne fais pas ce qui sort de moi et puis je le regrette mais je suis comme ça. J’ai chaud depuis que je suis petit”.

44-. ÊTRE DE GAUCHE OU DE DROITE

“Non, je vous le dis, je n’ai rien de particulier. La seule chose que je veux, c’est que celui qui fait les choses correctement et qui fait fonctionner le pays sans voler et sans faire de choses étranges, donne le meilleur de lui-même pour un pays meilleur.
Je n’aime pas vraiment parler de politique, tout comme je n’aime pas donner mon avis sur la pandémie. J’essaie d’écouter tout le monde et d’apprendre. J’aime parler à mes interlocuteurs et donner mon avis, mais dans un cercle fermé. La politique est également devenue quelque chose de très rare pour les gens, plus que les partis politiques, ils ressemblent à des équipes de football. Les gens deviennent des fans de vous et ne peuvent pas donner leur avis sur autre chose parce qu’il y a déjà une dispute et des frictions, vous devez vous lancer dans des disputes. Ici comme en Argentine, si vous jouez l’un, vous devez vous battre avec l’autre et c’est à mort l’un ou l’autre. Et la vérité est que je ne le vois pas de cette façon. Je veux le meilleur pour mon pays et je voudrais que celui qui est ici fasse le mieux pour changer les choses afin que celui qui a moins puisse vivre bien, avoir de la nourriture et ne pas souffrir et que le pays se relève, que ce soit en Espagne où je vis ou en Argentine qui est mon pays”.

43-. SUR LE JOUEUR QUI N’A PAS GARDÉ UNE MINUTE DE SILENCE POUR MARADONA
“Chacun est libre de donner son avis et de faire ce qu’il veut, sûrement que tout le monde n’aime pas ou n’a pas aimé Maradona, sûrement au niveau sportif et ce qu’il a fait dans le football à tout le monde et alors sa façon de vivre ou de faire les choses sera appréciée par certains et pas par d’autres, et chacun est libre d’agir comme il le souhaite”.

42-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL ÉTAIT CONVAINCU DE MARQUER
“La vérité, c’est que je l’ai fait, et cela est venu en jouant des jeux sans marquer de buts. Ce jour-là, j’ai su que je devais marquer un but et c’était étrange. Dans un jeu de rien du tout, quand je l’ai le moins cherché, le but est apparu”.

41-. À PROPOS DE LA CHEMISE DE MARADONA
“Les gens de Newell’s me l’ont donné, ils me l’ont donné à l’époque et je l’avais stocké là et j’ai pensé qu’il était temps de le faire de cette façon.

40-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL A PEUR DE LA MORT
“Parfois, je le fais. Je ne pense pas à la mort, mais à ce qui se passera quand je ne serai plus là. Comment ça va se passer, ce qu’il y aura, comment seront mes enfants, ma famille… mais pas beaucoup, j’essaie de le faire plusieurs fois”.

39-. SI VOUS PENSEZ À LA MORT
“Non.”

38-. S’IL IMAGINE SES FUNÉRAILLES
“Je ne l’imagine vraiment pas et je ne veux pas y penser. C’était normal à cause de ce qu’était Diego, à cause de ce qu’il a fait pour l’Argentine et de ce que l’Argentin ressent pour lui. On s’attendrait à de la folie si on le renvoyait parce qu’il méritait tout, Diego.

37-. SUR CE QU’IL RESSENTAIT
“C’est fou, je ne pouvais pas le croire. Si nous savions tous que ce n’était pas juste, personne n’imaginait que ce qui s’est passé allait arriver, personne ne s’y attendait et personne ne pouvait croire que Maradona était mort et que Diego n’était plus là et que cela s’était vraiment passé. C’était quelque chose de terrible et de fou.

36-. SUR LA FAÇON DONT IL A APPRIS LA MORT DE MARADONA

“J’étais ici chez moi et j’ai reçu un message de mon père et tout de suite j’ai allumé la télé et j’ai commencé à regarder des trucs et j’en ai entendu parler.”

35-. SUR LA FAÇON DONT IL S’EN SORT AVEC LE CALENDRIER
“Nous aimons jouer et nous entraîner et nous le faisons, je ne sais pas si nous nous sentons utilisés ou non mais nous aimons ce que nous faisons et nous aimons jouer, du moins moi personnellement.

34-. À PROPOS DU CALENDRIER
“Ce qui est important, c’est de jouer et de remplir les contrats de télévision, les sponsors et tout ce que vous pouvez et ne pensez pas au sportif. Jouez le dimanche, le mercredi et, si nécessaire, le vendredi et le samedi. Vous cherchez plus l’intérêt économique que le sport ou le jeu lui-même”.

33-. SUR LE FAIT DE JOUER SANS PUBLIC
“C’est horrible, c’est très moche l’étrange sentiment de sortir dans un stade si grand et qu’il n’y a personne, tout est très froid, la vérité est que c’est moche et le sentiment est très mauvais, et je suppose que le voir doit être étrange, ennuyeux et différent, et je crois que pour cette raison aussi les résultats sont vus, tout fait qu’il est égal mais. Ce n’est pas la même chose de venir au Camp Nou et que ce soit le stade à éclater qui laisse l’équipement et il n’y a personne, la sensation est autre et on joue d’une autre manière. Les matchs sont plus égaux et plus laids”.

32-. SUR LE RETOUR DU FOOTBALL AVANT L’ÉDUCATION EN ESPAGNE APRÈS LA PANDÉMIE
“Il a peut-être raison, mais ce n’est pas à nous de décider. Ils n’ont pas dit qu’il fallait jouer et c’était bon pour les gens qui étaient confinés chez eux et pour nous qui souffrions d’être distraits par le football.

31-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL SAIT L’ARGENT DONT IL DISPOSE
“Oui, je sais ce que j’ai, ce que je fais, ce que je ne fais pas. Je suis au courant de tout”.

30-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR SI SA FAMILLE ÉTAIT PAUVRE

“Ma famille n’était pas pauvre mais c’était une famille de classe moyenne inférieure, je n’ai jamais manqué de rien, nous vivions bien mais pas dans le grand luxe”.

29-. SUR CE QUI VOUS DÉRANGE DANS LE FAIT D’ÊTRE MESSI
“Je suis privilégié pour tout ce que j’ai vécu, non pas que cela me dérange, mais il y a des moments où j’aimerais rester anonyme et avoir du plaisir à aller au marché aux puces, au cinéma, au restaurant, au supermarché, sans que personne ne vous regarde et ne regarde ce que vous faites et avec 300 yeux qui vous regardent. Je suis toujours reconnaissant de l’amour que j’ai vécu dans le monde entier est spectaculaire. Quand je suis avec mes enfants, j’aimerais passer inaperçue.

28-. SUR LE FAIT QUE LES GENS ONT DES DIFFICULTÉS
“Il est évident que nous sommes conscients de ce qui se passe, les gens pensent que nous sommes dans une bulle et que nous ne nous soucions de rien, que nous gagnons beaucoup d’argent, ce qui est vrai, mais nous ne nous soucions de rien, et c’est un mensonge. Nous vivons la réalité comme tout le monde, chacun est comme il est et tout le monde la suit d’une manière ou d’une autre. J’aime m’informer et voir ce qui se passe et comment nous sommes et je suis conscient de la façon dont nous vivons.

27-. SUR LES RESTAURANTS QU’IL FRÉQUENTE
“J’ai été à tous ces endroits, je suis allé au Casanova Beach Club, je suis un ami du propriétaire, à Chalito qui est la nourriture argentine, je ne sais pas, il y en a tellement que j’en oublie probablement beaucoup”.

26-. SUR LA FAÇON DONT IL EST CONNU DANS SA RÉGION
“Je vis ici depuis dix ans, il est donc normal que j’aille au restaurant. C’est le petit Castelldefels et Gavá, je sais tout”.

25-. SUR LE FAIT QU’IL AIT ÉTÉ OU NON A UN MARCHÉ
“Ce n’est pas pour cela que beaucoup de gens se réunissent, mais parfois c’est compliqué. Il est difficile de se rendre dans des endroits où il y a beaucoup de monde. Ce n’est pas pour rien”.

24-. S’IL VA AU SUPERMARCHÉ
“Parfois, je suis parti. Pas toujours, mais il m’est arrivé d’aller au supermarché. En fait, j’aime y aller. Je n’y vais pas souvent, mais je l’ai fait”.

23-. SUR CE QU’EST SA VIE
“C’est tout à fait normal. Parfois, c’est ennuyeux. Je peux vous l’expliquer en un rien de temps. Nous nous levons le matin, nous prenons le petit déjeuner, nous allons à l’école, nous nous entraînons, nous revenons, comme Antonela, puis nous allons chercher Ciro et les deux autres et nous rentrons à la maison, nous faisons un peu d’activité, par exemple Thiago et Mateo jouent au football deux fois par semaine. On va avec eux, on revient et il est déjà 7 ou 8 heures, on boit quelques potes, parfois 8h30, on mange et on finit et on monte à l’étage et on est tous là, on finit par regarder la télé et un peu plus”.

22-. SUR LES PERSONNES QUI L’ONT APPROCHÉ PAR INTÉRÊT
“Pour ce sujet, je suis difficile. J’ai mes gens, mes amis et je suis très sélectif quand il s’agit de choisir avec qui être et je le fais vraiment, mais je pense que j’ai toujours été capable de le voir ou de le sentir et je me suis toujours débrouillé avec les miens.

21-. SUR SA RENOMMÉE POUR SES ENFANTS
“Thiago souffre beaucoup. Il est comme moi. Il est introverti et timide, et des gens viennent lui dire qu’il n’aime pas ça et qu’il a du mal à le faire. Il commence à s’y habituer. Il a la chance d’avoir des camarades de classe dès l’âge de 3 ou 4 ans qui sont les mêmes et qui le protègent et le sortent de tout cela. Et Mateo s’en sort mieux.

20-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’ILS FAISAIENT UNE BLAGUE DANS LA LOGE SUR BARTOMEU ET NOBITA
“Quelqu’un le faisait, je ne l’ai jamais appelé Nobita et tout ça.”

19-. SUR LE FAIT DE SAVOIR SI CHEZ EUX ILS REGARDENT DORAEMON
(“rires”). Thiago regarde Dragon Ball ou Pokemon”.

18-. SUR LE FAIT QU’IL SOIT OU NON ACCROCHÉ AU TÉLÉPHONE PORTABLE
“À peu près, en fait. Toute cette histoire de téléphone portable, d’iPad… ça a un peu tout changé.”

17-. À PROPOS DES DESSINS ANIMÉS
“Le moment Pepa Pig est terminé. Thiago avait beaucoup à faire avec la patrouille canine, et maintenant ils regardent beaucoup les gens faire des choses sur Youtube. Des enfants qui font des vidéos et des jeux. Ils sont fascinés par les Ipads et la télévision, nous essayons de ne pas être comme ça mais ils sont là tout le temps”.

16-. SUR CE QU’IL AIME FAIRE AVEC SES ENFANTS
“J’aime être avec eux. J’aime quand on me demande de jouer au football ou de faire quelque chose en rapport avec ce sport. J’aime quand ils demandent à prendre un bain avec moi ou viennent dormir dans mon lit. J’aime tout ce qui concerne la vie avec mes enfants. J’aime passer du temps avec eux. Chaque nuit, ils se présentent au lit. Thiago ne se présente plus et Mateo ne se présente pas, il vient tout de suite. Ciro aussi. Parfois, c’est nous cinq qui dormons dans le lit.

15-. S’IL FAIT PARTIE DU GROUPE DE PARENTS “WHATSAPP” DE L’ÉCOLE
Non, mais il y a leur mère.

14-. SUR L’EXPÉRIENCE DE SON ARRIVÉE
“C’était une expérience importante qui m’a aidé à grandir et à me former en tant que personne. A cette époque, j’étais timide. Je me suis fait une coquille et rien ne me convenait. Il s’agissait de réfléchir à ce que je voulais et d’essayer de réaliser mon rêve. Je me suis concentré sur l’entraînement, les jeux et l’école, et bientôt je me suis fait des amis normaux. J’étais déjà fermé et aujourd’hui je continue, il est très difficile de partager des choses, surtout les mauvaises. Je suis le gardien de tout et je le mange seul, je ne l’exprime pas et je le dépense comme je peux seul.

13-. À SON ARRIVÉE À L’ÂGE DE 13 ANS
“C’était une période difficile car j’avais 13 ans et je quittais tout : les amis, le pays, l’école… tout. Je changeais complètement de vie et j’arrivais à un endroit où je ne connaissais personne et en plus de cela avec ma personnalité, qui est timide, c’est devenu difficile, la famille se séparait. Ma sœur avait alors cinq ans et souffrait plus que moi et ma mère a dû retourner en Argentine. Mon frère, qui avait déjà eu sa vie en Argentine, a décidé de revenir. Lorsque nous sommes restés seuls avec mon père, il m’a dit “quoi que tu veuilles faire, décide ce que tu veux faire, si tu veux continuer ici à la recherche de ton rêve ou retourner et reprendre la vie d’avant”, et j’ai été très clair sur le fait que je voulais rester. Tout s’est passé très rapidement. La première année, je ne pouvais pas jouer les premiers mois, mais j’ai commencé à jouer et le premier match, je me suis blessé. Je ne me souviens pas s’il faisait chaud ou si… La première année a été difficile.

12-. SI VOUS AVEZ PLEURÉ DERNIÈREMENT
“Je n’ai pas pleuré à cause du sport, mais j’ai beaucoup souffert, et puis j’ai pleuré à cause d’autres choses, que je préfère ne pas entrer dans les détails. Mais j’ai beaucoup souffert à cause du sport”.

11-. SUR SES GESTES
“Je ne me gère pas par la posture, je suis comme je suis et j’ai les réactions que j’ai, je fais ce qui vient du cœur sur le moment et ce que je ressens au jour le jour, ce qui sort, sort. Je ne peux pas penser à ce que tout le monde pense parce que sinon je deviendrais fou. Beaucoup de gens parlent sans savoir, de plus en plus. Aujourd’hui, vous pouvez dire à n’importe quel mensonge que rien ne se passe, que ça reste là et que les gens y croient parce que les gens qui consomment les journaux et la télévision croient pratiquement tout et que tout n’est pas toujours vrai, mais je ne peux pas contrôler cela.

10-. SUR L’ÉCONOMIE DU CLUB
“C’est donc une période difficile pour le club, comme pour tout le monde, mais d’après ce que nous savons et ce que nous savons, le club est vraiment mauvais, très mauvais et il va être difficile de revenir là où j’étais.

9-. SUR LA FAÇON DONT IL EST
“Eh bien, la vérité est qu’aujourd’hui je vais bien, c’est vrai que j’ai eu un très mauvais moment pendant l’été que j’ai passé, avant l’été à cause de la façon dont la saison s’est terminée, puis il y a eu ce qui s’est passé en été, le burofax et tout ça, Et puis la vérité que j’ai un peu traîné au début mais aujourd’hui je me sens bien et avec l’envie de me battre sérieusement pour tout ce que nous avons devant nous, excité, je sais que le club cela se passe à travers un moment très compliqué au niveau du club, de l’équipe et de tout et cela devient difficile tout ce qui entoure le Barcelone mais je suis avec envie”.

8-. SUR LE PRIX D’UN MAILLOT ET S’ILS LES DONNENT
“Quatre-vingts” ? “Quatre-vingt-dix” ? Ils nous donnent ceux des jeux, mais si nous voulons faire des cadeaux, nous devons les acheter comme tout le monde. Ils ne nous accordent pas une grande réduction”.

7-. SUR CE QU’IL RESSENT À PROPOS DU MAILLOT DU BARÇA
“Tout, je l’ai toujours dit, Barcelone est ma vie. Je suis ici depuis que j’ai 13 ans. J’ai grandi à la fois dans le club et dans la ville. Je vis à Barcelone depuis plus longtemps que dans mon pays en Argentine. J’ai tout appris ici, j’ai grandi et le club m’a formé en tant que joueur et personne, m’a tout donné et j’ai toujours tout quitté pour Barcelone, j’ai une relation amoureuse parce que c’est ce que j’ai vécu depuis mon arrivée ici, l’amour que j’ai pour la ville pour le club et tout ce qui a trait à Barcelone, mes enfants sont nés ici aussi. Je ne suis pas très postureniste, ce qui sort de moi sort sur le moment parce que je le sens, sinon je ne le fais pas, et c’est réel.

6-. SUR LA QUESTION DE SAVOIR S’IL JOUE
“Non, pas vraiment, mais depuis la naissance de Thiago, j’ai arrêté de jouer beaucoup. J’y étais toute la journée, mais avec la naissance de mon fils, cela a changé. Maintenant que Thiago joue à nouveau, je commence à être de nouveau accro. Je joue avec n’importe qui, celui qui choisit est Thiago, aujourd’hui on joue avec celui qu’il veut.

5-. SUR QUELS SPORTIFS IL ADMIRE
“Il y a beaucoup de sportifs qui sont admirables. Rafa Nadal, Federer, LeBron … dans tous les sports, il y a un sportif qui se distingue et qui est admirable pour son travail et ce qu’il fait au quotidien, Christian dans le football, il y en a beaucoup … J’admire tous les athlètes qui se distinguent.

4-. SUR QUI LE FAIT SORTIR DU CANAPÉ”
“Quand j’ai commencé à être un professionnel et à me consacrer vraiment à cela, la passion ou l’éventail à l’intérieur, je l’ai mis de côté. Aujourd’hui, ce qui me fait sortir du canapé, ce sont mes enfants. Que je dois leur courir après. Ils sont au nombre de trois. Un personnage de plus que les autres, et c’est ce qui m’émeut le plus aujourd’hui.
SI J’AVAIS ENVIE DE PARLER
“Oui”.

3-. SUR LE OUI À L’ENTRETIEN AVEC EVOLE
“Nous l’avions arrangé et quand le moment est venu de vous parler sur Internet, je ne suis pas du genre à donner mon avis sur des choses aussi graves et sérieuses que la pandémie et je n’aime pas beaucoup ça, je préfère le faire dans mon cercle privé. Mais je suis un homme de parole et je vous ai dit que j’allais vous donner l’interview et peu importe comment, je vous ai dit que nous allions parler”.

2-. SUR LA FAÇON DE CÉLÉBRER NOËL
“Vous célébrez les deux. Plus de Père Noël mais aussi des rois. Je me souviens que le Père Noël m’apportait toujours des ballons, des bottes ou des maillots de football. Je me souviens d’une balle, à l’époque la balle officielle qui était jouée dans les tournois. C’était très cher à l’époque et c’était difficile pour nous de l’obtenir, mais mon père et ma mère ont fait de leur mieux pour l’obtenir pour Noël et j’ai adoré. Puis une chemise de Newell pour les rois. Le Père Noël a toujours été bon pour moi.

1-. SUR SES PROJETS POUR NOËL
“Après Valladolid, je vais en Argentine, ma famille est déjà partie. Antonela est partie avec les enfants. Nous célébrons beaucoup Noël, en plus d’être le moment où nous nous retrouvons tous ensemble… mes frères en Argentine, ma mère là-bas… c’est un moment unique, bien que maintenant avec ce désordre, c’est compliqué. Je ne sais pas à combien s’élève la limite, elle était de 10 personnes, mais nous ne savons toujours pas.

You might also like

Comments are closed.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More